Le contexte :

Suite à la crise financière internationale, la Conférence Internationale du Travail (CIT) adopta en 2009 une résolution demandant l'adoption d'une approche intégrée pour résoudre la problématique globale de l'emploi des jeunes. Cette approche, dénommée « Pacte Mondial pour l’Emploi », axée sur la combinaison d’interventions micro et macro-économiques s’adresse aussi bien à la quantité qu’à la qualité de l'emploi, tant sur le plan de la demande que sur celle de l'offre du marché du travail.

C’est dans ce contexte que l'OIT apporte son expertise technique et propose des orientations stratégiques adaptées. Elle soutient le développement inclusif ainsi que le renforcement institutionnel des différents acteurs responsables de la promotion de l'emploi du jeune tant au niveau local, régional que national. C’est ainsi que, grâce à l’appui de la Coopération Danoise au Développement (DANIDA), et poursuivant son appui au Gouvernement Tunisien mais aussi aux Partenaires Sociaux, l’OIT développe aujourd’hui le Projet PEJTUN.

Les objectifs :

  • Les jeunes, femmes et hommes, ont accès à plus d’opportunités d’emplois décents ;
  • Les institutions du marché du travail et les partenaires sociaux élaborent et mettent en œuvre des politiques stratégiques ainsi que des services améliorés pour l'emploi des jeunes ;
  • La vulnérabilité des jeunes dans le marché du travail est réduite grâce au développement de programmes visant à améliorer l’employabilité et à favoriser la création d'emploi.

Les résultats attendus :

  • Une Politique Nationale de l'Emploi, avec un accent particulier sur l'emploi des jeunes est finalisée et prête pour être adoptée ;
  • Des services supplémentaires sont fournis au niveau local par les bureaux d'emploi ;
  • Les investissements publics locaux pour la promotion de l'emploi des jeunes sont conçus, mis en œuvre et contrôlés ;
  • Les chaînes de valeur agro-alimentaires et les produits à plus fort potentiel d’emploi sont promus ;
  • Les jeunes chômeurs, femmes et hommes, sont capables de créer et de maintenir leurs propres entreprises ;
  • L'employabilité des jeunes chômeurs, femmes et hommes, est améliorée. .

Les partenaires :

  • Le Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi ;
  • Le Ministère du Développement et de la Coopération Internationale ;
  • Les Partenaires Sociaux (UTICA, UGTT) ;
  • Les Organisations de la Société Civile.

Les bénéficiaires :

  • Bénéficiaires directs : Les gestionnaires et le personnel des institutions régionales de l'emploi, les structures de gouvernance régionales ainsi que les gestionnaires et praticiens des institutions de formation ;
  • Bénéficiaires indirects : Les entreprises et les industries régionales, qui bénéficieront du programme de développement des compétences ainsi que des améliorations dans le fonctionnement du marché du travail ;
  • Bénéficiaires ultimes : Les chômeurs de longue durée, les diplômés chômeurs, les jeunes sous-employés ; ainsi que les jeunes hommes et femmes en situation d’emploi précaire et de grande vulnérabilité issus notamment des zones rurales et/ou de l’économie informelle ;
  • Bénéficiaires induits : Les familles et les communautés locales bénéficiant des activités induites par la mise en œuvre des activités du Projet.